Mon travail me permet de rencontrer un certain nombre de chevaux. Chacun, à sa manière, m'a permis d'évoluer dans mon métier et de perfectionner mes méthodes.

Les quelques exemples ci-après montrent les résultats qu'il est possible d'obtenir avec mon travail.

 

J'ai choisi deux exemples très différents pour illustrer mes propos : Zoltan, un petit Pur-Sang Arabe timide et réservé, et Habano, un Pure Race espagnole d'une dizaine d'année mordeur et traumatisé par son passé.

Dans le premier cas (voir page précédente), Zoltan est un cheval qui n'a jamais vraiment osé exprimer ses émotions. Il vivait dans son moi-intérieur, sans interagir avec l'Humain. Son éducation l'a amené à se laisser mener sans proposer. Etant un cheval calme et docile, ses propriétaires n'ont pas remarqué que Zoltan s'enfermait petit à petit dans son esprit et quittait petit à petit les interactions sociales avec les Hommes. Mon travail lui a permis d'enfin exprimer ses émotions et proposer par lui-même des activités et des jeux.

Dans le second cas, Habano est un cheval qui a vécu des épisodes traumatisants dans sa jeunesse. Il a été éduqué à la méthode espagnole, une méthode qui est mentalement et physiquement délicate à supporter pour les chevaux. Il a été habitué à la violence, verbale voir physique, et à la domination négative. Son propriétaire a entamé il y a des années le travail avec Habano, travaillant de manière positive et avec patience ; cependant, la remédiation totale de ses traumatismes ne peut se faire en utilisant des moyens classiques. Depuis quelques mois, j'ai donc intégré leur "petite équipe" pour apporter ma vision et mes méthodes. Les progrès son flagrants et Habano commence à se "poser" et à apprécier sans stress les interactions avec l'Homme.

Exemple 2 : Remédier aux comportements de morsures défensives de Habano ET apprendre à monter dans le van - Protocole non exhaustif

Le protocole ci-dessous montre les étapes importantes du travail que j'ai réalisé avec Habano. Ces étapes sont non exhaustives mais permettent de situer globalement l'avancée du travail dans le temps.

Rappelons avant tout que la remédiation est dépendante de la capacité de chaque cheval. Les temps d'apprentissages sont donc variables en fonction de l'âge, du vécu, des capacités cognitives ou des expériences du cheval.

Initiation du travail : 

- Evaluation de la situation : Habano montre un comportement très défensif vis-à-vis des humains - Il mord pour prévenir et exprimer son mal-être - Le van est un lieu traumatisant pour Habano, il faut tout réapprendre.

- Le travail à réaliser : Stopper les morsures - Remédier aux comportements indésirables par la douceur et la fermeté - Apprendre à Habano à apprécier le travail avec les humains - Apprendre à monter et être dans le van

Développement du travail :

Phase 1 : Habano doit être à l'aise avec moi au box

Pour ce travail, j'ai commencé par me présenter à lui de manière positive. D'abord, j'ai commencé par lui proposer des carottes régulièrement sans lui demander aucune action de sa part si ce n'est d'avancer pour prendre la carotte.

Par la suite, j'ai demandé à Habano d'accepter le touché. D'un cheval rétif, qui avait peur de la main, on passe petit à petit à un cheval calme et positif. 

image00127.jpeg

Habano accepte le contact physique et reste intéressé par mes demandes

Phase 2 : Habano doit arrêter de mordre

Cette phase est importante. En utilisant le licol, je stoppe le mouvement de morsure de Habano pour lui indiquer le comportement à avoir lorsqu'il est contrarié ou stressé.

Je cherche à avoir un cheval attentif et positif, sans tensions.

20201006_144420.jpg

Habano a été stoppé dans son mouvement de morsure (je le touchais pour enlever la couverture ce qui l'avait stressé) et la photo représente l'instant d'après : l'instant est positif, avec sourire et Habano n'est ni frustré ni stressé

Phase 3 : Habano travaille avec moi en liberté dans le rond de longe

Le premier travail à réaliser se fera en liberté avec Habano. Je ne commence pas toujours de cette manière mais avec lui, mettre en place une hiérarchie efficace et pérenne était nécessaire pour la suite du travail. Le travail à distance me permet de me mettre en sécurité vis-à-vis de lui, tout en affirmant mon leadership.

Le principe du leader est d'apporter la sécurité au troupeau (en l'occurrence Habano et moi), ce qui est essentiel pour un cheval traumatisé tel que lui : lui affirmer ma position de chef en étant positive, agréable mais ferme pourra le calmer.

Liberté, bonne énergie, joie et jeux : les clés pour un travail efficace et durable

Phase 4 : Entamer le travail du van

En amont, Habano et moi avons appris à travailler à pied ensemble. Il connait les exercices basqiues tels que "marche", "recule", "viens", "tu attends", etc.

Maintenant que le protocole de résilience est bien avancé, on entame le travail plus précis orienté vers la remédiation du van.

Habano doit d'abord accepter d'être "psychologiquement" enfermé dans un espace clos restreint.

Pour ce faire, je commence par matérialiser le van avec des plots et des piquets. Pour un cheval traumatisé, parfois de simples plots suffisent à stresser et créer un contexte angoissant. Le but est donc de calmer Habano et lui expliquer la marche à suivre en cas de stress. 

Le lien nous permet d'entamer des exercices plus précis et stressants. L'arceau est très difficile à supporter mais il avance pour moi, pour s'approcher, pour être en contact avec moi.

Phase 5 : Dans le van

Ce travail n'est pas tout à fait fini. L'hiver arrivant, nous avons stoppé le travail sur le van pour reprendre au printemps.

Pour autant, Habano a déjà beaucoup avancé et accepte de monter dans le van pendant quelques instants.

Habano me suit malgré sa tension et la peur : mon travail nous a permis de créer une relation plus forte que ses angoisses