IMG_20200818_200939_edited.jpg

Comportementaliste équin, une Passion et une Vocation

L'essentiel de mon parcours

Qu’est-ce qu’un comportementaliste équin ?

Vous l’aurez compris, un comportementaliste travail sur le comportement de son sujet d’étude. Il lie, observe, décrypte et analyse son « patient » pour définir ses troubles comportementaux et y remédier.

Ainsi, il est appelé comportementaliste tout individu ayant été formé à l’art de la compréhension du comportement. Ce métier peut s’exercer sur tout être vivant conscient en théorie, mais il est généralement centré sur les animaux domestiques, les animaux sauvages présentant une « conscience d’eux-mêmes » et sur les humains.

Pour ma part, je me suis spécialisée dans le domaine équestre. Je travaille donc avec les chevaux ET leurs propriétaires.

Mon travail consiste à déterminer les causes des troubles du comportement du cheval et de remédier à ceux-ci par le biais d’un travail physique et mental avec le cheval, ainsi qu’une transmission de ces savoir-faire au propriétaire.

 

J’aime à me dépeindre comme un « psy pour cheval ». Cette comparaison sous-entend deux points fondamentaux pour moi :

  • Les problèmes comportementaux du cheval, comme les problèmes psychologiques d’un individu, ne sont que la partie visible du problème ;

  • Résoudre des problèmes comportementaux n’est possible qu’en ayant l’accord et la confiance du cheval.

Le cheval est un être sensible, c’est-à-dire capable de ressentir, c'est-à-dire doué de sensations, sociable, c’est-à-dire influencé par sa vie en société, et émotionnel, c’est-à-dire que son fonctionnement se base sur les émotions.

C’est avec ces clés conceptuelles et un ensemble de méthodes adaptables et transmissibles que je peux remédier à tous les problèmes d’un cheval, à l’accompagner vers un équilibre mental et physique et à réapprendre au couple Homme-Cheval de travailler en harmonie.

 

 

Initiation d’une révolution personnelle – Lorsque les savoirs classiques ne me permettaient plus de comprendre son cheval

              Si apprendre à monter à cheval avait été une évidence pour moi dès mes 7 ans, j’avais ressenti très vite un vide en moi. Une forme de culpabilité, un stress inhérent à ma relation avec cet animal. Dès lors, j’entamais une introspection, cherchant sans cesse à déterminer l’origine de mon inconfort avec les chevaux.

J’avais compris qu’en réalité deux sentiments, ou plutôt deux émotions, se mêlaient :

  • L’empathie que je ressentais pour le cheval

  • La culpabilité de monter un cheval malheureux

Oui, en effet, je ressentais la détresse de l’animal, son mal-être et ses inquiétudes. Je les avais entérinés en moi et cela me provoquait de la culpabilité.

J’entamais alors une première mue : d’une monte classique, je devenais plus légère. D’une équitation de la contrainte, je me transformais pour apporter plus de liberté et de douceur au cheval.

 

Ensuite, venait la seconde mue : l’émancipation du monde classique vers l’autodidacte.

La limite du monde classique se faisait de plus en plus forte dans mon esprit. J’avais acquis la conviction que je ne pouvais plus me contenter d’une discipline et d’une vision du cheval. J’entamais alors la prochaine étape.

Cette étape, où je travaillais en indépendance mes chevaux, sans méthodes dictées, simplement au « feeling » m’avait permis d’apprendre de l’observation. Sans méthodes, sans contraintes et sans préjugés, je ne pouvais qu’apprendre par l’observation de mes chevaux ; dans les prés, au box ou encore au paddock avec des congénères, j’observais mes modèles, j’étudiais leurs réactions, et, surtout, je m’imprégnais de leurs émotions.

L’empathie était une force que je cultivais toujours plus. Ce talent inné, je l’avais développé avec les chevaux. Être capable de déterminer l’état émotionnel d’un cheval était pour moi une évidence. Je comprendrai par la suite qu’il était aussi la clé pour être une comportementaliste équin accomplie.

 

 

La formation à la Voix avec Catherine SENN – Devenir Comportementaliste équin

              Lorsque l’observation seule a montré ses limites, je n’ai pas stoppé mon désir de progresser, au contraire. J’ai cherché des professionnels capables de m’enseigner plus encore.

J’ai trouvé Catherine, et ça a été une révélation. Elle incarne les valeurs que je portais depuis tant d’années : la douceur, la bienveillance, la patience, l’écoute et l’accompagnement.

Elle m’a appris à être une comportementaliste ; à ne pas se contenter de préjugés ou d’impressions, mais à décrypter, écouter, analyser les besoins du cheval mais aussi de son cavalier pour régler les problèmes.

Elle m’a initié à l’Art de la Voix, technique révolutionnaire dans le monde équestre dominé par le silence.

J’ai alors acquis ce savoir pour moduler, adapter et renforcer ma voix. De l’utiliser comme une aide, une aide précieuse et fondamentale pour exprimer mes émotions et les transmettre au cheval et comme un outil, pour remédier aux problèmes comportementaux.

J’ai appris à féliciter, récompenser, guider et accompagner par ma bienveillance et ma présence.

Je me suis aussi émancipée, en apportant mon propre bagage a cette formation déjà très complète.

Je suis, à ce jour, accomplie dans mon métier, ancrée au réel et au présent, capable de comprendre les besoins de l’animal et du propriétaire, tout en remédiant aux problèmes comportementaux d’une part et en transmettant mes savoirs à l’humain de l’autre.

 

06 31 85 82 85

  • Facebook
  • LinkedIn
  • Instagram
  • YouTube

©2020 par Lisa KUPET, LK.Comportementaliste. Créé avec Wix.com